Comment tester un turbo de voiture ?

Comment tester un turbo de voiture ?

Le turbo s’est fait une renommée de puissance tant positive que négative. On sait qu’il aide le moteur à multiplier par deux sa capacité et que c’est grâce à lui que l’on atteint aisément les hauts régimes. Mais on sait aussi qu’un turbocompresseur HS peut rapidement entraîner un emballement du moteur et un incendie.

La question que l’on se pose c’est comment être sûr que le turbo que j’ai sur ma voiture est bon ? Cette question est d’autant plus pertinente qu’il suffit de surfer un peu dans les fora dédiés au dépannage auto pour se rendre compte que même sur des voitures neuves on retrouve parfois un turbo défectueux. Alors, comment savoir si tout va bien du côté du turbo ? On vous fait ici un topo.

Il faut savoir que le test du turbo peut se faire est trois grandes étapes

Commencer par tester les tubulures

Il faut s’assurer qu’aucun des tuyaux raccordés dans le turbo n’est endommagé. On s’intéresse tout particulièrement aux durites. Les durites sont des conduits qui ramènent de l’air au turbocompresseur de la voiture. Étant donné qu’ils doivent se retrouver dans un environnement de pression et de haute température, les durites doivent être un tuyau flexible, mais fait en matière résistante (silicone).

<pÀ quels éléments faut-il faire attention lorsque l’on veut vérifier si une durite fonctionne bien ? Il faut d’abord faire le point de quelques symptômes pouvant laisser penser qu’il y a un problème au niveau de ces tuyaux. Si une durite est percée, alors il est possible que l’on relève l’un ou l’autre symptôme suivant :

  • Le sifflement du turbo
  • La perte de puissance
  • La montée d’un bruit de soufflerie provenant du moteur

Lorsque l’on rencontre l’un ou l’autre problème, il faut se dire que c’est la durite a des fuites. Dans ce cas, il faut la faire changer assez rapidement pour que ne surviennent des dommages plus grands vous obligeant à changer tout le turbo et peut-être même le moteur.

Test sur la Wastegate

Pour rappel, la Wastegate est une soupape de régulation de la pression. Lorsque la pression produite par le turbo dépasse ce que le moteur peut supporter, la wastegate sert d’exutoire pour ce trop-plein.

Pour tester la Wastegate, on peut se servir d’une grosse seringue simplement ou d’une pompe à pression. On connecte la pompe à pression sur la Wastegate puis l’on actionne la pompe en lui appliquant quelques surpressions. Si cette soupape s’ouvre sous l’effet de cette surpression, c’est qu’elle fonctionne bien. Quand cela est vérifié, on maintient la position de la surpression pendant quelques secondes pour voir si la Wastegate se relâchera. Si cela advenait, c’est donc qu’il y a une fuite. Il ne vous reste plus qu’à rechercher le siège de ladite fuite. Ou simplement changer le Wastegate.

Tester la pression de suralimentation

Si vous avez un modèle de voiture assez moderne, alors, votre turbo est accompagné d’une MAP (Manifold Absolute Pressure), et c’est cet appareil que vous utiliserez pour tester la pression de suralimentation. C’est un capteur qui sert à jauger la pression de l’air au moment où il entre dans le moteur. Il transmet cette information au calculateur. Mais encore faudrait-il s’assurer que l’instrument de mesure qu’est le capteur est lui-même en bonne santé et que les informations qu’il transmettra seront vraies. Ce qu’il faut donc, c’est déjà tester la MAP lui-même, s’assurer en quelque sorte que le stéthoscope qu’on veut utiliser pour diagnostiquer le malade n’est pas lui-même malade. Pour tester la MAP, l’on utilise généralement une valise de diagnostic automobile. L’on branche le boitier à la prise OBD pour débuter le diagnostic. Nous vous rapportons ici la liste des codes défauts relatifs à la pression de suralimentation :

  • P0234, P0235 : panne liée à la suralimentation du moteur
  • P0540 : anomalie détectée dans la tension d’entrée au niveau du circuit du réchauffeur d’admission
  • P0238, P0237 et P0236 : Dysfonctionnement au niveau du capteur du collecteur d’admission A
  • P0239, P0240, P0241, P0242 : Dysfonctionnement au niveau du capteur de pression absolue du collecteur d’admission B

Si donc l’un ou l’autre code s’affiche, c’est qu’il y a un problème de pression de suralimentation. Mais que faire alors si l’on a un ancien modèle sur lequel il n’y a pas de capteur MAP ? Si vous n’avez pas MAP, on utilise un manomètre.

Test de la pression de suralimentation à l’aide d’un manomètre

Pour tester la pression de suralimentation à l’aide du manomètre, l’on raccorde cet appareil entre la Wastegate et le conduit d’admission grâce à un conducteur. Ensuite, on fait passer le manomètre à l’intérieur de la voiture pour le fixer sur le tableau de bord. Puis l’on démarre la voiture en choisissant un itinéraire qui nous permette de passer dans les hauts régimes. Car il s’agit de pouvoir lire sur le manomètre la pression de suralimentation envoyée au moteur, notamment au moment vous accélérez. La pression de suralimentation est égale à la pression de suralimentation est la différence entre la pression la plus élevée que l’on a notée et la pression au repos. Les turbos ont généralement une pression comprise entre 0.7 et 1.5 bar. Il faut strictement éviter d’aller au-delà du plafond de pression prévu par le constructeur sinon l’on risque que le turbo se casse.

Vérifier que l’axe des roues tourne normalement

Il faut vérifier l’état des deux hélices : la turbine et le compresseur. De manière concrète, il s’agit de vérifier si les hélices n’ont pas, par exemple n’ont aucun problème, qu’il n’y a ni boulon ni vis qui soient entrés dans le turbo et les aient fragilisés. Il faut savoir vérifier si les roues ne sont pas recouvertes de calamine

Il faut aussi s’assurer que l’axe tourne correctement. Il convient de l’inspecter minutieusement : est-il d’aspect altéré, sent-on qu’il est érodé ? Ou alors, est-il recouvert d’huile cokéfiée ? Tourne-t-il librement ? Si l’on essaie de tourner la roue et qu’il se révèle la moindre résistance, c’est qu’il y a un dysfonctionnement. En effet, cet axe tourne normalement si rapidement qu’il peut faire